Le concept d’hypersensibilité a été développé par Elaine N. Aron(1), psychologue et psychothérapeute. C’est au cours de sa propre psychothérapie qu’elle comprit que toutes ses réactions soi-disant « anormales » étaient dues à son hypersensibilité.
Chaque individu est unique : il a une sensibilité qui lui est propre.
 On peut diviser les individus en trois catégories 
  • les personnes sensibles ou hypersensibles (15 à 20%)
  • les personnes moyennement sensibles
  • les personnes peu sensibles
 
L’hypersensibilité est encore largement méconnue des psychiatres ou des psychothérapeutes. En conséquence, beaucoup d’enfants et d’adolescents hypersensibles sont faussement diagnostiqués comme ayant des troubles psychiques. Il est ainsi important de bien connaître les caractéristiques psychologiques des personnes hypersensibles, ainsi que leurs caractéristiques physiques.
Souvent, les enfants hypersensibles ont du mal à contrôler leurs émotions. Ils sont généralement trop introvertis ou au contraire très extravertis. Ils peuvent être la cible de (gentilles) moqueries. Très souvent, les hypersensibles se sentent « anormaux », vivent cette caractéristique comme un handicap, alors qu’elle peut être un atout si elle est apprivoisée.
 
L’hypersensibilité est simplement une sensibilité plus forte que la moyenne en réponse aux stimuli extérieurs qui peuvent être divers : par exemple une odeur, un bruit, une lumière ou une situation…. Cependant, si on ne connaît pas les stratégies pour vivre avec, l’enfant ou adolescent peut avoir une réaction "démesurée" avec un vécu émotionnel extrême, car l’enfant ou l’adolescent hypersensible traite les informations sans filtre.
L'hypersensibilité chez l’enfant n'est pas une maladie, mais un trait de caractère souvent associé au TDA/H (Le trouble déficitaire de l'attention avec/ou sans hyperactivité qui est un problème neurologique apparaissant durant l'enfance). Les autres signes sont en fait les conséquences de cette hyperréactivité, mais ils peuvent varier d’un enfant à un autre.
En effet, l’hypersensibilité peut s’exprimer par :
Une anxiété et une hyperémotivité extrêmes, qui entraînent une grande timidité. Concrètement, cela peut se manifester par un bégaiement ou une tendance à rougir facilement ;
Une peur des autres et un repli sur soi, se traduisant par une introversion ;
Une expression exagérée quasi "théâtrale", en réponse aux stimulations extérieures ;
Une réactivité plus physique avec une agressivité envers les autres et parfois envers soi-même ;
Une hyper susceptibilité quasi systématique, entraînant le sentiment d’être incompris chez l’enfant.
 
A travers un bilan complet, au cours des séances l’enfant ou l’adolescent apprend à mettre en place toutes sortes de stratégies visant à gérer ce mode de fonctionnement.
Il est donc important de bien connaître sa sensibilité et d'avoir un bon équilibre entre le repos, le temps consacré aux loisirs et les relations avec le monde extérieur.
 Caractéristiques des hypersensibles 
 
Les hypersensibles :
  • sont plus habiles que les autres à percevoir les erreurs et à les éviter 
  • sont extrêmement consciencieux 
  • sont capables de se concentrer profondément 
  • sont particulièrement doués pour les tâches qui exigent de la vigilance, de la précision, ou de la rapidité, ou encore pour les travaux qui consistent à détecter des différences mineures 
  • parviennent à traiter des données à des niveaux plus profonds
  • apprennent sans s’en rendre compte 
  • sont profondément touchés par l’humeur et les émotions d’autrui.
 Caractéristiques physiques  
Les hypersensibles :
  • sont spécialistes des mouvements moteurs subtils 
  • gardent facilement leur immobilité 
  • sont des lève-tôt (exceptions nombreuses) 
  • sont plus touchés que les autres par des stimulants tels que la caféine, sauf s’ils y sont accoutumés 
  • utilisent surtout l’hémisphère droit de leur cerveau (ils sont moins linéaires, plus créatifs, capables de synthèse) 
  • sont plus sensibles aux particules qui se promènent dans l’air (plus souvent victimes du rhume des foins et d’allergies cutanées).
 
Compte tenu de la spécificité de chaque individu, les hypersensibles ne présentent souvent que certaines caractéristiques.
La gravité de l’hypersensibilité est très aléatoire car il y a différents degrés de sensibilité. Le plus important étant de ne pas passer à côté d'un enfant hypersensible en banalisant son comportement. En effet, cet état est douloureux et difficile à vivre au quotidien. Si cette souffrance n’est pas reconnue et donc pas prise en charge, cela peut avoir des conséquences sur son développement et son avenir.
 
Diagnostiquer et traiter l’hypersensibilité
Consulter un psychologue peut aider l’enfant, mais aussi l’entourage. En premier lieu, le diagnostic va confirmer (ou infirmer) l’état d’hypersensibilité. Cette phase permet également d’identifier une éventuelle précocité (liée souvent à l’hypersensibilité). S’en suit une phase pédagogique, car il est très important d’expliquer à l’enfant et à son entourage les caractéristiques de son caractère, les conséquences et les solutions. L’aide et le soutien aux parents apportés par le biais du professionnel de santé, sont autant de clés pour apprendre à gérer le stress, et à s’adapter aux spécificités de son enfant.
Enfin, la phase thérapeutique, adaptée à la forme d’hypersensibilité de l’enfant avec une prise en charge de ce dernier, est axée notamment sur la gestion des émotions, du stress et du relationnel.
Il est important de souligner que sans une aide et une prise en charge adaptées, un enfant hypersensible pourra être diagnostiqué avec une psychopathologie (avec la conséquence de prendre potentielement des médicaments qui ne sont pas nécessaire) et probablement un adulte plus sensible au stress, et prédisposé aux troubles anxieux et de l’humeur.
 
Elaine N. Aron, Ces gens qui ont peur d'avoir peur : Mieux comprendre l'hypersensibilité, Les Éditions de l'Homme, 2005.

Chez l'enfant et l'adolescent